4.1. Les qualités du bon commerçant

Devenir commerçant, cela ne coule pas toujours de source. Il y en a qui ont cette fibre, d’autres qui se découvrent au fil du temps. Mais comment savoir si on a la capacité à être un bon commerçant ? Voici quelques clés essentielles pour y arriver ;
 

La passion et la motivation

Non, ce n’est pas l’argent qui pousse à se lancer comme indépendant, mais bien l’envie, la passion ! Lancer son propre commerce demande beaucoup d’engagement et de dévouement : vous ne compterez pas les heures passées à planifier et travailler sur votre projet. C’est pourquoi il faut être passionné par son idée. C’est cet enthousiasme qui vous donnera
la force de traverser les tempêtes et de continuer cette aventure. Car oui, vous allez vivre quelques moments d’échecs et d’incertitude. Churchill disait : « Le succès, c’est aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ». Etre persévérant, apprendre de ses erreurs, savoir se remettre en questions et ajuster son plan, être ouvert d’esprit et savoir demander conseils.

Etre commerçant, c’est aussi être flexible, avoir le sens de l’accueil, être disponible, travailler le samedi et parfois le dimanche, ou entre midi et 14 heures, le soir quand les clients ont le temps de faire les courses, ce qui empiète sur la vie de famille : seules la passion et la motivation peuvent faire face à ces sacrifices !
 

La curiosité

La curiosité n’est pas qu’un vilain défaut, au contraire ! Être curieux, voir des opportunités partout, s’intéresser aux nouvelles technologies, ou nouveaux produits mais aussi aux activités de la ville et des associations de commerçants, tout cela ouvre l’esprit et vous nourrit des meilleures pratiques pour que votre commerce soit une réussite. Echanger avec ses compères, se former, apprendre continuellement permet - et pas seulement pour les commerçants ! -  de s’améliorer chaque jour. N’hésitez pas à vous rapprocher des CCI et guichet d’entreprises, qui sauront vous trouver des solutions de formations adaptées.
 

La confiance en soi et le soutien de l’entourage

Pour ouvrir son propre commerce, il est indispensable d’avoir un moral d’acier, d’avoir confiance en soi, et surtout en son projet ! Il faudra faire face à des changements inattendus, convaincre beaucoup de personnes – la famille, les amis, les investisseurs- que votre projet est intelligent et viable, relever des défis, prendre les bonnes décisions. Il faut être convaincu de son projet, sans être entêté et savoir écouter remarques et conseils, ne pas avoir peur du travail qui vous attend, et être organisé ! Ouvrir une boutique qui vous ressemble et maitriser ses compétences pour la tenir renforce considérablement cette confiance nécessaire. Aussi, le soutien moral et financier des proches est indispensable pour progresser : ouvrir un commerce à des incidences sur la vie privée, bouleverse l’équilibre d’un couple, c’est pourquoi l’entourage doit être prêt pour l’aventure. Leur soutien peut également être financier – par un apport ou un soutien pendant les premiers mois d’ouverture – ou technique – vous apporter une aide dans un domaine que vous maitrisez moins.
 

La connaissance des produits

Aujourd’hui plus que jamais, le consommateur attend de son commerçant des conseils, des services et une maitrise technique des produits qu’il vend. Un bon commerçant connait ses produits et services sur le bout des doigts, est capable d’identifier les besoins du client et peut facilement y répondre en lui avançant le bon produit. Pour cela, informez-vous sur les nouveautés, abonnez-vous à des publications spécialisées ou bulletin d’information en ligne
en rapport avec votre activité.
Dans un monde qui bouge de plus en plus vite, il est également indispensable de s’adapter aux tendances du moment et d’anticiper le marché. On assiste de plus en plus à un véritable retour aux sources, privilégiant la production locale dans le secteur alimentaire, et le bio n’a plus besoin de convaincre de ses bénéfices face à la « malbouffe ». Si les consommateurs privilégient internet pour certaines dépenses, il n’en reste pas moins que certains besoins restent immuables : manger, s’habiller, décorer sa maison, s’équiper pour le sport.
 

Le sens de l’accueil

Etre commerçant est un métier où il faut aimer le contact avec les clients et toujours être de bonne humeur. Il faut laisser le client parler et lui poser des questions ouvertes pour découvrir ses besoins. Chacun est différent et demande une approche et un langage approprié. Il s’agit aussi de soigner son image ; être attentif à votre communicant verbale (vocabulaire, politesse) et non verbale (expression, regard, gestuelle, posture), prendre soin de votre apparence car l’image véhiculée est un tout. Votre boutique doit être accueillante également : veillez à la propreté des lieux, à ce que votre vitrine soit toujours attirante, mettez l’accent sur l’éclairage, l’harmonie des couleurs, le rangement… autant d’éléments qui contribue à la première impression du client. Sachez qu’un client mécontent peut en parler à 10 personnes, sans compter les avis sur les réseaux sociaux ; un client satisfait n’en parle qu’à 2 ou 3 personnes.
 

L’organisation et la gestion du temps

Un commerçant bien organisé à de fortes chances de réussir. Il s’agit d’organiser votre temps, vos employés, vos finances et vos inventaires, et de trouver le support qui vous convient le mieux – papier, tableur excel, tableau blanc ….

Embaucher du personnel qualifié permet de gagner du temps – pas besoin de le former-, de valoriser votre équipe auprès de votre clientèle, et de déléguer plus facilement. Faire des réunions de coordination hebdomadaires permet de recentrer l’objectif et la tâche de chacun, mais aussi de communiquer avec votre équipe et de ne laisser aucun point en suspens. Ne négligez pas la gestion de votre entreprise : gérer les stocks, les approvisionnements, le paiement des factures, le prévisionnel…tenez un calendrier avec les opérations comptables, fiscales, sociales et juridiques (déclaration de TVA, fiches de paies, …) cela implique d’être rigoureux et organisé.