Coronavirus : continuité de l'activité en entreprise

La propagation du coronavirus évolue de jour en jour. Dans cette situation en constante évolution, il importe avant tout de ne pas paniquer et de réagir sans prendre des mesures disproportionnées.

Néanmoins, il convient de rappeler aux entreprises qu’elles doivent veiller à assurer la poursuite de leurs activités potentiellement menacées. C’est un principe de précaution qui prévaut de tous temps, lors de la survenance d’un incident, et a fortiori lors d’une crise – comme l’épidémie de coronavirus - pouvant conduire à une absence prolongée de collaborateurs, des difficultés logistiques ou d’approvisionnement, des problèmes avec des fournisseurs, etc.

Pour ce faire, nous invitons toutes les entreprises de Belgique, de manière générale, à se doter :

  • d’un Business Continuity Management et
  • d’un Business Continuity Plan.


Le Business Continuity Management (BCM) est un processus de gestion qui identifie et limite les risques, et minimise l’éventuel impact d’une interruption des processus d’entreprise critiques et des systèmes d’appui. Il vise à garantir la continuité des processus d'entreprise et son existence. Le BCM consiste à prévoir des mesures opérationnelles et applicables à la fois préventives et répressives, avec comme unique objectif la reprise rapide des processus d’entreprises critiques.

Le Business Continuity Plan (BCP) est un document précis et documenté à utiliser lorsque la continuité de l'entreprise est perturbée par un évènement, un incident ou une crise. Ce plan traite spécifiquement de toutes les personnes-clés, moyens, services, activités nécessaires à la gestion du processus BCM. L’objectif du BCP est de limiter les conséquences pour la continuité de l’organisation lors de l’apparition d’un risque spécifique.

Prendre le temps de développer ces types d’outils détaillés permet aux entreprises d’anticiper et de faire face aux incidents et crises qui peuvent survenir et donc de permettre la continuité de leurs activités dans les meilleures conditions possibles.

Si malgré cela, certaines activités ne pouvaient être maintenues (par exemple, la participation à des salons à l’étranger) ou devaient subir des pertes financières ou manques à gagner importants, rappelons qu’il existe des assurances susceptibles d’apporter un dédommagement, comme l’assurance « perte de revenus » par exemple. Nous invitons par conséquent les chefs d’entreprises à vérifier les couvertures existantes dans leurs contrats en cours et à prendre contact avec leur assureur ou leur intermédiaire d’assurance pour analyser ensemble, les pistes envisageables pour se protéger davantage.

 

Signer électroniquement et envoyer des documents par recommandé électronique

« Restez chez vous ! », « distanciation sociale »… En cette période particulière, l’économie doit continuer de fonctionner. Saviez-vous qu’il existe des alternatives électroniques à divers actes juridiques que vous exécutez d’ordinaire sous forme papier ou manuscrite ? On pense par exemple à la signature d'un document ou à l'utilisation d'un envoi recommandé.

Afin de limiter le risque de litiges futurs, ou parce qu'il existe une obligation légale, il est toutefois important que ces alternatives électroniques offrent la même sécurité juridique que leur équivalent papier ou manuscrit. C’est la raison pour laquelle il existe différents services dits « de confiance », lesquels peuvent offrir cette sécurité juridique.

Consultez la page « Covid-19 - Comment puis-je signer électroniquement et envoyer un document par recommandé électronique ?» pour découvrir :

  • comment signer électroniquement un document avec une sécurité juridique maximale ;
  • s’il est possible d’envoyer un document par un recommandé électronique ayant la même valeur juridique qu'un recommandé papier ;
  • où trouver un prestataire qualifié (signature électronique qualifiée, envoi recommandé électronique qualifié, etc.).

 

Source : www.economie.fgov.be